Ecogestes

La permaculture pour tous

 

Productive et respectueuse de la nature, la permaculture est terriblement à la mode. On s’imagine parfois que pour pratiquer cette technique de production agricole, il faut un grand terrain et des connaissances approfondies. Nous avons rencontré Aldo Placi, un permaculteur autodidacte qui cultive son petit jardin selon cette méthode et qui donne des conseils pour pratiquer la permaculture sur un espace encore plus petit comme un balcon. Mais tout d’abord :

Qu’est-ce que la permaculture ?

AP : C’est exploiter le terrain dans la durée. Le but est de faire des récoltes en harmonie avec la nature, bien entendu sans pesticides. On prend, mais on donne aussi. L’objectif est de prendre exemple sur la forêt, où le sol n’est jamais découvert. Toutes les feuilles mortes sont transformées en humus, ce qui fertilise le sol. On laisse certains légumes monter en graines pour qu’ils se ressèment naturellement. Un jardin ne doit pas être un gazon anglais, d’autant plus que certaines « mauvaises herbes » sont comestibles. Avec les méthodes agricoles actuelles, l’homme tue le sol.

Pourquoi avez-vous opté pour la permaculture ?

AP : J’ai été impressionné par les monocultures et je me suis posé des questions. Où y avait-il encore de la place pour les animaux dans ce genre d’endroits ? Je me suis renseigné et j’ai trouvé ce mode de culture en accord avec mes valeurs de respect de la terre et de la biodiversité.

Est-ce que la permaculture est adaptée au potager de M. et Mme Toutlemonde ?

AP : Oui. C’est un mode de culture familial. On peut récolter autant par permaculture que par des méthodes traditionnelles. On produit beaucoup de légumes différents sur une petite surface, dans un jardin, mais aussi dans des bacs ou des bouteilles de PET qu’on peut mettre sur son balcon. Par exemple, on peut prendre les feuilles de ce chou toute l’année, même en hiver. En dessous, on cultive des bettes et juste à côté, des tomates. Je n’ai rien inventé. Les anciens travaillaient déjà comme ça. J’applique le principe des trois sœurs, c’est-à-dire trois légumes qui vont bien ensemble et dont l’un supporte l’autre. Par exemple, je plante un maïs. Quand il a déjà un peu poussé, je plante à son pied des haricots grimpants. Le maïs devient alors le support des haricots. Pour couvrir le sol, je plante une courge. Ces trois plantes vont se développer et protéger le sol qui restera couvert. La mécanisation nous a éloigné de ces méthodes ancestrales.

Les buttes synergiques sont la clé d’une bonne récolte. Pour faire ces buttes, on met la terre végétale de côté, on met un tronc pourri ou du bois mort sur le sol, on les recouvre de compost et de terre végétale, puis de paille ou de feuilles. Cela permet de garder le sol couvert et de le maintenir humide. Ces buttes font environ 1,2m de large et 50 cm de haut. Leur longueur dépend de la taille du jardin. Ensuite, il ne faut plus mettre les pieds sur les buttes pour ne pas tasser le sol, donc il faut prévoir des sentiers entre les buttes. En une journée de travail, on peut aménager une butte d’environ 5m sur 1,2 ce qui est déjà une surface intéressante. Le but du paillage est d’éviter la croissance de plantes indésirables. Dans le bas de la butte, on plante, par exemple les oignons ou les poireaux, plus haut, on met les herbes aromatiques, la bourrache ou les salades. Mélanger les fleurs aux légumes améliore la pollinisation.

Pour la récolte, il faut veiller à restituer le maximum de la plante à la terre. Par exemple, il ne faut pas arracher les salades, mais les couper au ras du sol. On laisse la racine pourrir dans le sol. Les petits tunnels laissés par les racines mortes vont aérer le sol. Les feuilles non mangées sont également laissées sur la butte ou le sentier où elles se décomposeront et enrichiront le sol.

Quels sont les avantages et les inconvénients de la permaculture ?

AP : Avantages : 1) On est en paix avec la nature et on laisse un monde viable à la génération suivante. 2) C’est une méthode productive. Elle se répand d’ailleurs de plus en plus dans le monde. Inconvénient : la peur de changer de système. Pour vaincre cette peur, on peut commencer par de petites parcelles et les agrandir progressivement.

Propos recueillis par Sylvie Barbalat 


Ecogeste du mois de juin : comment soigner et soulager une piqure d’insecte naturellement

Si vous avez été piqué par un insecte:

- Imprégnez un coton de vinaigre blanc de manière à en faire une compresse

- Appliquez cette compresse de vinaigre blanc sur la piqûre quelques minutes

 et les douleurs et démangeaisons seront apaisées 

http://www.vinaigreblanc.com/ 


Ecogeste du mois de mai : faire soi-même un nettoyant pour les WC

Comme la plupart des produits d’entretien industriels, ceux utilisés couramment dans les WC sont aujourd’hui également mis en cause par des spécialistes pour leur toxicité, tant dans l’eau que pour la santé des utilisateurs qui inhalent des substances telles que le borax, troclosène de sodium ou dihydrate. Il existe une alternative bien plus écologique et tout aussi efficace...

½ tasse de bicarbonate de soude avec
¼ de tasse de vinaigre blanc et
quelques gouttes d’huile essentielle de citron, tea tree ou pin.

Mélanger le bicarbonate de soude avec le vinaigre blanc et l'huile essentielle.
Verser dans la cuvette des toilettes, laisser l’effervescence passer puis frotter avec la balayette. Ce mélange nettoie, détartre, désinfecte et parfume.

http://www.femmeactuelle.fr/deco/maison-pratique/produits-menagers-recettes-express-bicarbonate-soude-17126
https://www.consommerdurable.com/2013/07/fabriquer-un-produit-wc-soi-meme/ 


Ecogeste du mois d'avril : faire son propre déodorant

Les déodorants et anti-transpirants industriels ont souvent une liste d’ingrédients à rallonge et des noms incompréhensibles. Pourtant, il est possible de faire ses propres déodorants, à base d’ingrédients simples ! Voici une recette très facile pour réaliser votre propre déodorant naturel et efficace !

Seulement 3 à 4 ingrédients nécessaires:
• Huile de coco. Se trouve de plus en plus facilement en supermarché, ou en magasin bio.
• Bicarbonate de soude : se trouve souvent au rayon alimentaire sel et épices, ou en magasin bio.
• Fécule de maïs (type Maïzena): s’achète en supermarché
• Facultatif: quelques gouttes d’huiles essentielles. S’achète en magasin bio ou dans certaines parapharmacies. Les huiles essentielles sont déconseillées pour les femmes enceintes et les enfants.

Il vous faudra :
• Récupérer un ancien stick de déodorant ou achetez un stick vide
• 3 cs d’huile de coco fondue
• 3 cs de bicarbonate de soude
• 5 cs de fécule de maïs
• Facultatif: 10 gouttes d’huile essentielle

Réalisation:
1.     Faire fondre l’huile de coco au micro-onde ou bain-marie. L’huile de coco est connue pour ses vertus hydratantes et nourrissantes, ainsi que pour ses propriétés antibactériennes. De plus, elle se présente sous forme solide en dessous de 25°C. Elle permet donc, une fois le mélange refroidi, de donner sa consistance au déodorant.
2.    Ajouter le bicarbonate de soude et la fécule à l’huile de coco. Mélanger jusqu’à obtenir un mélange homogène. Le bicarbonate de soude neutralise les odeurs. La fécule est un absorbant naturel. Ces ingrédients ne sont ni toxiques ni allergisants. Vous pouvez adapter sa quantité suivant la texture que vous voulez donner à votre déodorant: pour une texture « crème », 4 cs suffisent, pour un stick dur 5-6 cs seront préférées.
3.    (Facultatif) Ajouter les gouttes d’huiles essentielles et mélanger le tout. Les huiles essentielles de Tea Tree ou la Palmarosa ont des vertus antibactériennes. D’autres huiles essentielles permettent de donner un parfum agréable.
4.    Verser le mélange dans le stick vide (n’oubliez pas de placer le piston au fond du stick), et placer au réfrigérateur une petite heure pour que le déodorant se solidifie.

Texte repris du journal régional du WWF du canton de Vaud 


Ecogeste du mois de mars : comment faire son dentifrice maison avec du bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude est le produit naturel miracle qui facilite la vie et soulage l’environnement. Poudre très fine, le bicarbonate de soude, ou bicarbonate de sodium, est utilisé pour soigner, cuisiner, nettoyer, jardiner…

Comment faire son dentifrice maison: 

Mélangez dans un bocal stérilisé:
5 cs d'eau bouillie
3 cs d’argile blanche en poudre
1 cc de bicarbonate de soude
2 gouttes d’huile essentielle de citron.
Ajoutez un peu d'argile si le mélange est trop liquide, et un peu d'eau si le mélange est trop pâteux.

http://www.toutpratique.com/4-Beaute/5797-Comment-faire-son-dentifrice.php  

On peut aussi recommander le bicarbonate pour lutter contre la gingivite en massant les gencives avec la brosse à dents enduite de bicarbonate. En effet, il a une action bactériostatique sur les dépôts de tartre en formation entre la base des dents et la gencive.  


Ecogeste du mois de février : comment assouplir et adoucir le linge avec le vinaigre de nettoyage

Le vinaigre de nettoyage (appelé aussi vinaigre blanc, vinaigre d'alcool ou de cristal) est un produit miracle. Il remplace vos détergents, dégraissants et autres produits chimiques. 100% biodégradable il est très économique, non toxique et multifonction grâce à son acidité (pH qui varie entre 2 et 3). Il agit comme:

  • désinfectant (électroménager, toilettes, surfaces de la cuisine et de la salle de bain)
  • désodorisant (à vaporiser dans les toilettes, les poubelles)
  • anti-calcaire (joins, robinets, éviers, bouilloires, carafes, cafetières, casseroles, toilettes, lave-linge, lave-vaisselle, etc.)
  • assouplissant pour le linge
  • détachant et anti-moisissures
  • nettoyant (vitres, miroirs, cuivre, carrelages, argenterie, jouets de bébé, etc.)

Comment assouplir et adoucir le linge 

Le calcaire contenu dans l'eau du robinet ternit le linge et lui enlève toute douceur. Pour l'éviter:

  • Remplacez votre adoucissant habituel par du vinaigre de nettoyage vous pouvez donc utiliser le bouchon doseur de votre ancien adoucissant, à vous ensuite de doser selon le résultat obtenu.

A noter que le linge ne sent pas du tout mauvais une fois le cycle terminé et ne sent pas le vinaigre, comme on pourrait l’imaginer. Mais rien ne vous empêche d’ajouter de l’huile essentielle avec votre vinaigre (quelques gouttes suffisent)

A noter aussi que l’utilisation de vinaigre blanc comme adoucissant à comme second effet de contribuer à la disparition du calcaire dans votre machine à laver et donc à son entretien.

  • Le dosage de 100ml de vinaigre blanc à ajouter dans la dernière eau de rinçage de votre machine peut-être suggéré. Aucun risque pour votre linge et aucun risque pour votre odorat.

 

 

.hausformat | Webdesign, TYPO3, 3D Animation, Video, Game, Print